Le Forum national de Généalogie : Géné@2014

Géné@2014 : un Grand succès !

forum national de généalogie 27 et 28 septembre 2014 

 

Près de 8500 personnes ont fréquenté la cour de l’Hôtel de Soubise par ce beau soleil des 27 et 28 septembre 2014 et ont pu participer à un programme riche en découverte. Tout le programme (format PDF).

  

 

Plus de photos sur notre page Facebook

 


Les Visites Guidées du CARAN et des Grands Dépôts :

 Concernant les visites guidées, elles ont été complètes à tous les horaires proposés. Pour ceux qui n’ont pas pu les suivre ou qui souhaiteraient les refaire, les Archives Nationales organisent régulièrement des visites guidées de ses locaux. Vous trouverez plus d’informations sur le site des Archives Nationales et sur la page dédiée au CARAN.  

 

Les Conférences :

Nous vous proposons de retrouver un résumé des conférences et/ou des liens pour approfondir les thèmes abordés.

 

Débuter sa Généalogie par Catherine BAS (Conseillère du Président de la Fédération Française de Généalogie et Vice-présidente du Centre Généalogique de Touraine)

Sur le site de la Fédération Française de Généalogie retrouvez des astuces pour vous lancer dans la généalogie.

vous pouvez retrouver des modèles d’arbres généalogiques et de fiches sur le site du Centre Généalogique de Touraine

 

 

Les Archives notariales une source majeur de l’histoire des familles par Michel OLLION (Département du Minutier Central - Archives Nationales)


« Les actes notariés constituent pour la recherche généalogique une source très riche. Issus de l'activité des notaires
depuis le Moyen Age, ces documents sont la mise en forme authentique des contrats de toute nature passés entre les particuliers : ventes immobilières, actes de société, transactions commerciales, emprunts, contrats de mariage, testaments, règlements de succession et inventaires après décès, pour ne citer que les plus connus. Destinés à faire foi et donc structurés par un formulaire juridique précis ils renferment non seulement des renseignements sur l'état civil des personnes, filiation, qualité, profession, domicile, mais également sur leur patrimoine, leur cadre de vie, leur réseau social. Archives publiques, les minutes ou originaux des actes, doivent être versés par les notaires, passé un délai de 75 ans, aux Archives nationales (notaires parisiens uniquement) ou départementales. Cette masse documentaire, fruit d’une accumulation de plusieurs siècles dans les études notariales, est trop considérable pour pouvoir être inventoriée précisément. Son exploitation par les chercheurs nécessite parfois un recours à d'autres fonds comme ceux de l'Enregistrement, afin de connaître le nom du notaire qui a produit tel ou tel acte, clé irremplaçable pour accéder aux actes puisque ceux-ci sont classés chronologiquement par notaire. La recherche est cependant facilitée par le  répertoire, sorte de journal des actes tenu par le notaire lui-même et versé comme les minutes dans les services publics d’archives. Rassemblant sur un même document des informations traditionnellement collectées par les généalogistes dans les registres paroissiaux, d'état civil, les recensements et autres documents administratifs, les archives notariales représentent un apport original car elles nous ouvrent une porte sur la vie privée des individus, nous faisant parfois même rentrer dans le secret des familles.
 »

Plus d’informations sur le site des Archives Nationales et sur celui des Archives Départementales d'Indre et Loire.

 

Nos familles dans la Grande Guerre par Jean-Louis BEAUCARNOT

"De nombreux livres ont été ou vont être publiés sur les soldats de la Grande Guerre. Jean-Louis Beaucarnot de son côté applique sa technique de recherche qui rassemble une belle connaissance historique avec la multiplication de témoignages pour reconstituer la vie quotidienne des familles pendant le premier conflit mondial du XXe siècle : familles séparées, divisées, éclatées, transplantées, brouillées ; familles ruinées (ou enrichies…) ; couples unis, désunis, réunis,) ; familles victimes de la grippe espagnole ou, comme en Alsace, dramatiquement divisées entre deux camps ; familles de l’après-guerre aussi, devant organiser leur deuil et panser leurs blessures, tant au plan physique que moral, avec aujourd’hui de curieux héritages, d’ordre psychogénéalogique…
Près de 200 témoignages inédits et de nombreux dossiers - de la guerre espagnole à la vie des Poilus, des correspondances aux monuments des morts. Un livre intime et complet sur tout ce que l’on cherche à savoir sur l’histoire non événementielle de la Grande Guerre." (éd. JC Lattès)

Plus d'informations sur le site de Jean-Louis Beaucarnot.


Les dossiers de naturalisation : méthodes de recherche et apport du fond par Annie POINSOT (département de la Justice et de l’Intérieur – Archives Nationales)

« Lorsqu’en 1983, Gildas Bernard, auteur du fameux « Guide des recherches sur l’histoire des familles » écrit un article sur les naturalisations , il l’intitule : « Richesse d’un dossier de naturalisation ». En effet, les pièces contenues dans les dossiers de naturalisation conservés aux Archives nationales donnent des renseignements précieux au généalogiste. Ces dossiers nous racontent très souvent des histoires de familles : on y trouve des éléments non seulement sur la personne qui demande la nationalité française mais aussi sur son conjoint, ses enfants, ses ascendants, ses frères et sœurs. On peut également retracer des carrières, avoir des détails sur les services militaires, le niveau de vie ou les lieux de résidence successifs. Les idées politiques et le niveau d’intégration sont par ailleurs évalués par l’administration. Après avoir présenté en détail les rapports, questionnaires, lettres, documents officiels qui peuvent être réunis dans un dossier, nous évoquerons les moyens mis à la disposition des chercheurs pour trouver ce dossier et le consulter. Dans ce domaine, bien des choses ont changé depuis l’article de Gildas Bernard. Trente ans après quels sont les nouveaux outils ? Existe-t-il de nouvelles sources ? Les dossiers de naturalisation sont-ils les seuls documents d’archives liés à la nationalité pouvant être exploités ? Alors que tant de Français comptent des ascendants étrangers, ces archives sont devenues une source incontournable pour la recherche généalogique. »

Plus d’informations sur sur le site des Archives Nationales. Vous pouvez retrouver Annie Poinsot présentant le dossier de naturalisation de Guillaume Appolinaire sur le site de la Médiathèque numérique.

 

Il faut commémorer le soldat Daulier : vers un Panthéon numérique des « Morts pour la France » pendant la Grande Guerre par Sandrine HEISER (Service Interministériel des Archives de France)

« A partir d’un cas personnel, Sandrine HEISER explore les différentes sources d’informations sur les poilus « Morts pour la France » lors de la Première Guerre Mondiale »

Retrouvez la présentation de sa conférence :

http://fr.slideshare.net/SandrineHeiser/il-faut-commmorer-le-soldat-daulier-mort-pour-la-france

 

Comment vivaient nos ancêtres ? par Jean-Louis BEAUCARNOT


Cette conférence basée sur le best-seller du même nom, restitue la vie quotidienne de nos ancêtres, dans les
moindres détails, grâce aux mille histoires trouvées dans des journaux intimes, des archives, des registres de notaires … En partant des principales étapes de la vie d'un homme, de la naissance à la mort, de la communion à la conscription, du mariage aux noces d'or… nous découvrons comment l'année était scandée, des grandes fêtes religieuses aux commémorations civiles sans omettre les occasions où les seigneurs et le peuple se retrouvaient.

La journée aussi est l'objet d’une enquête, la tradition du petit-déjeuner jusqu'au souper. Comment les familles s'entraidaient où quand les rivalités s'amplifiaient… (éd. JC Lattès)

http://www.beaucarnot-genealogie.com

 


« Origines »
 

La projection de la série « Origines » a été une belle 

surprise pour le 

public. Non seulement il a pu visionner en avant-première le 4ème 
épisode, mais en plus il a pu échanger avec le réalisateur Jérôme 
NAVARRO et l’actrice Micky SEBASTIAN, qui n’a pas hésité à signer des 
autographes.

Plus d'information sur le site de France3




 


Page précédente : Les congrès
Page suivante : Code de déontologie du généalogiste