Généalogie et Ecole

La généalogie et les jeunes, ou la longue histoire de l’humanité

« Chercher ses racines, c'est au fond se chercher soi-même : qui suis-je ? Quels sont les ancêtres qui m'ont fait tel que je suis ? Des noms d'abord, des dates, quelques photos jaunies ou, avec plus de chance, un testament, une lettre. » Claude Levi-Strauss

Cette citation de Claude Levi-Strauss illustre parfaitement les questions que nous nous sommes tous posées un jour, et qui nous a incité à interroger, hardiment, nos grands-parents. Et, c’est ce que font les jeunes d’aujourd’hui, avec parfois d’autres problématiques : comment appeler ce garçon (ou cette fille) qui n’est pas mon frère (ou ma sœur) mais le fils (la fille) du mari de maman et qui est tout de même le demi-frère (la demi-sœur) de ma demi-sœur ? Pourquoi sommes-nous venus dans ce pays ? Où vivaient mes grands-parents ?...

Le besoin de racines est officiellement reconnu par de grandes organisations internationales, avec des conférences comme « regarder en arrière pour aller de l’avant » (UNICEF) ou « Je grandis comme un arbre, j’ai besoin de mes racines » (Journée Européenne des droits de l’enfant). Cette reconnaissance des grandes organisations mondiales a été étayée lors du Colloque de Sèvres en 1989 et les différents congrès nationaux de généalogie depuis 1997.  Et qui peut mieux répondre à ce besoin que les adultes.

C’est à partir de ces constats que la Fédération Française de Généalogie a créé en 2001 la commission « Généalogie à l’école ». Si bien sûr, les premiers adultes interrogés par les jeunes sont les membres de leurs familles, la Fédération Française de Généalogie considère que le corps enseignant peut aussi participer à ce savoir. L’histoire ne fait-elle pas partie des matières enseignées à partir du CE2 ? Et puis n’est-ce pas plus amusant de se situer géographiquement ou dans la fratrie en partant de sa famille ? Aussi, la principale mission de cette commission est de favoriser la diffusion de la pratique de la généalogie auprès des jeunes et en milieu scolaire en recensant les expériences de généalogie et en proposant méthodes et documents de travail.

  • Elle encourage les associations et les  corps enseignants à créer des activités généalogiques en direction des jeunes en mettant à leur disposition des documents pédagogiques généraux.
  • Elle suit les expériences menées dans les établissements scolaires du primaire et du secondaire : conseil, intervention, suivi et diffusion.
  • Elle prépare des projets: collaboration avec les services généalogie à l’école et histoire des familles, des formations spécifiques et des évènements comme la Journée d’étude « Des racines pour créer l’avenir » (28 mars 2015)

Parce nous pensons que la généalogie est une source d’épanouissement pour les jeunes et les aidera à se construire.

Remise du brevet du jeune généalogiste